Il est écrit: TA PAROLE EST LA VERITE(Jean 17.17)... cela me suffit !

Passons vers l'autre bord

64 - La "couleur" des cieux à venir: Don - Salaire - Récompenses

(Q) Le Royaume des cieux (le Paradis) c'est comme...h4

(2011 - Bonne année ou ANNÉE BÉNIE ?)

Alors qu'une année s'achève et que chacun, selon la formule consacrée, souhaitera une "bonne et heureuse année", je ne désire pas me conformer au monde en étant un acteur de cette comédie planétaire où les sentiments sincères d'un moment seront vite étouffés par les soucis de la vie, par l'indifférence, par le manque d'amour.

Ce que je désire maintenant de tout mon coeur, c'est que 2011 soit pour vous UNE ANNÉE BÉNIE.

Je le souhaite ardemment, car, si elle est bénie, elle ne pourra l'être que par l'Éternel ! Et, si elle l'est par lui, elle sera forcément une "bonne et heureuse année", indépendamment des circonstances.

C'est la bénédiction de l'Éternel qui enrichit, Et il ne la fait suivre d'aucun chagrin. Proverbes 10: 22

C'est lui, avons-nous lu il y a un instant, c'est lui qui nous pardonne, qui nous guérit, qui nous délivre, qui nous couronne, qui nous rassasie, qui nous fait rajeunir ou, si vous préférez, qui renouvelle nos forces.
C'est lui qui a aussi préparé des oeuvres pour qu'on les accomplisse afin que l'on devienne "OUVRIERS AVEC DIEU" au lieu d'être des serviteurs ou servantes inutiles qui seront jetés là "où il y aura des pleurs et des grincements de dents" (Éphésiens 2: 10 ; 1 Corinthiens 3: 9 ; Matthieu 25: 30).

QUE VOULONS-NOUS DE PLUS ?

Nous avons TOUT pleinement en Christ ! Ce Christ..., ce Seigneur, ce Roi des rois qui a notamment "effacé l'acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, il l'a détruit en le clouant à la croix..." (Colossiens 2: 10 -14)

Oui..., c'est vraiment la bénédiction de l'Éternel qui enrichit ! Cette bénédiction qui se traduit par le fait "qu'il n'y a maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ" (Romains 8: 1). Puissions-nous véritablement vivre en Jésus-Christ, vivre pour Jésus-Christ afin de jouir de cette bénédiction que Dieu seul peut accorder.

S'il en est bien ainsi..., c'est ce que nous désirerons aussi pour les autres afin que chacun connaisse une année bénie !
Et si c'est ce que nous souhaitons pour les autres, nous nous emploierons à répandre le message de la Bonne Nouvelle, le message du salut en Jésus-Christ. Nous le ferons d'autant plus avec zèle que nous l'aurons apprécié pour nous-mêmes !

En souhaitant une année bénie, les voeux que nous échangerons ne ressembleront pas à ceux du monde qui deviennent des lettres mortes en peu de temps.
En effet, cet instant d'euphorie planétaire passé, il faut se rendre à l'évidence que, comme les années précédentes, la majorité des meilleurs voeux mondains ne produira pas plus de fruits qu'un arbre mort.

Qu'il y ait de sincères pensées au moment de la formulation de voeux de "bonne et heureuse année", je n'en doute pas, car, en principe, nous ne souhaitons pas le mal à notre prochain.

Mais, en dehors de ces paroles traditionnelles que nous avons prononcées à chaque nouvel an, qu'avons-nous fait - nous enfants de Dieu, "rachetés de la vaine manière de vivre que nous avions héritée de nos pères" (1 Pierre 1: 18) - qu'avons-nous fait concrètement pour contribuer au bonheur des personnes à qui nous avons adressé nos meilleurs voeux ?

Qu'avons-nous fait durant cette année 2010 pour que les personnes à qui nous avons souhaité une "bonne et heureuse année" bénéficient de nos souhaits ?

Avons-nous seulement prié pour elles ? Avons-nous prié AVEC elles afin qu'elles ressentent cet amour que Dieu a répandu dans notre coeur ?
Avons-nous été des instruments entre les mains du Seigneur pour contribuer à leur bonheur lorsqu'elles passaient par des moments difficiles ?

Entre le choix de souhaiter une bonne et heureuse année avec légèreté comme cela s'est passé bien des fois pour suivre la tradition, je préfère vous souhaiter une année bénie en ayant foi qu'elle le sera si... ! Eh oui..., il y a des conditions pour que l'Éternel envoie sa bénédiction en abondance ; nous parlerons de ces conditions un peu plus loin !

En pesant la valeur des mots que je prononce - une année bénie - je laisse sous-entendre que je place cette personne entre les mains du Seigneur qui est le seul capable d'envoyer la bénédiction et la Vie pour l'éternité (Psaume 133: 3).

En agissant ainsi, je prends en même temps conscience que Dieu gardera la liberté de me mettre à contribution afin que je sois un instrument de bénédiction et que je devienne ainsi "ouvrier AVEC Dieu" pour le bien de mon prochain (1 Corinthiens 3: 9).

C'est donc en souhaitant une année bénie plutôt qu'une "bonne et heureuse année" (selon la tradition), que nous prendrons conscience que nos paroles sortent de l'ordinaire. Elles n'auront plus rien à voir avec celles que nous entendons régulièrement au début du mois de janvier.

En parlant ainsi, il y aura moins de risque que nos paroles soient de "vaines paroles" dites pour la forme, selon la tradition des hommes !
De vaines paroles dont nous aurons à rendre compte pour avoir parlé à la légère !

Je vous le dis : au jour du jugement, les hommes rendront compte de toute parole vaine qu'ils auront proférée. Matthieu 12: 36

Ne sont-ce pas des vaines paroles que de souhaiter une "bonne et heureuse année" à notre prochain et ensuite se désintéresser de lui, du salut de son âme, de le laisser aller en enfer, de ne jamais prier pour lui ?

Je ne montre personne du doigt, car je suis conscient d'avoir très souvent parlé avec légèreté en souhaitant une bonne année à mon entourage ; conscient de l'avoir fait, d'année en année, sans m'inquiéter de savoir si l'année précédente avait été réellement bonne et heureuse comme je l'avais souhaitée par... tradition !

Ainsi, et c'est mûrement réfléchi..., aujourd'hui je vous souhaite une année bénie. Je souhaite que Dieu s'occupe de vos affaires et qu'il vous fasse du bien.
Je le souhaite de tout mon coeur tout en sachant que vous avez un devoir de réciprocité qui consistera à vous occuper des affaires de son Royaume en étant témoins et ambassadeurs de Christ, là où il vous a placé.

En effet, comment pourriez-vous bénéficier d'une année bénie si vous-mêmes vous tournez le dos à Dieu, si vous ne tenez pas compte de SA parole, si vous lui êtes infidèle en marchant dans la désobéissance ?

S'il fait pleuvoir sur les justes et les injustes (Matthieu 5: 45) afin que chacun prenne conscience des bontés de l'Éternel, il n'en demeure pas moins qu'il porte une attention particulière à ceux et celles qui sont justes, ceux et celles qui ont été rendus justes par le sang de Jésus-Christ et qui, jour après jour, veillent sur leur voie.

Les yeux du Seigneur sont sur les justes et ses oreilles sont attentives à leur prière... 1 Pierre 3: 12

C'est vrai..., je vous souhaite une année bénie, mais, en dehors des paroles prononcées, en dehors de ma prière, en dehors de la bonne semence qui est répandue, il faut aussi prendre en considération l'état du terrain dans lequel est semée cette bénédiction, l'état de votre coeur !

"Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions", nous rappelle le Seigneur (Matthieu 11: 29).
Si nous ne voulons pas nous charger de son joug, si nous ne voulons pas de SA discipline, comment pourra-t-il exaucer la prière de ceux et celles qui nous souhaitent une année bénie ?
Comment pourra-t-il nous bénir s'il ne nous trouve pas à la place où il s'attend à nous voir, si nous ne marchons pas à sa suite ?

L'année passée, nous avons mis en lumière que, dans notre coeur, il pourrait y avoir un chemin où rien ne pousse, ce chemin qui nous conduit dans notre jardin secret pour fuir loin de Dieu.

Nous avons aussi parlé des nombreuses pierres qui pourraient encore s'y trouver et qui empêcheraient le développement de la Parole de Dieu en nous.
Nous avons particulièrement mis l'accent sur l'infidélité à l'égard de Dieu, une infidélité que l'on rencontre de plus en plus dans l'Église de Jésus-Christ, une infidélité qui se démontre par l'abandon progressif de tout intérêt réel pour les choses de Dieu au profit du plaisir personnel d'une vieille nature qui dicte toujours ses lois. Comment pourrions-nous vivre une année bénie dans ce cas-là ?

En cette nouvelle année, il sera convenable de parler des soucis de la vie qui étouffent la même Parole de Dieu et qui l'empêchent de porter du fruit qui vienne à maturité. Voilà donc bien des choses qui nous empêcheront de vivre une année bénie si nous ne nous en débarrassons pas.

Nous pouvons tous nous souhaiter, du fond de notre coeur, une année bénie, mais... :

L'état d'un coeur pourrait, à lui seul, empêcher le Seigneur de réaliser ses plans à l'égard de la personne interpellée, qu'elle soit enfant de Dieu ou non ! Par notre conduite, nous pouvons devenir les artisans de notre malheur.

Je connais les projets que j'ai formés sur vous, dit l'Éternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l'espérance. Jérémie 29: 11

Des projets..., rien que des projets !
Des projets qui ne pourront s'exécuter que lorsque les circonstances seront favorables. Cela peut parfois prendre du temps et même ne jamais se réaliser à cause du comportement de la personne qui aurait dû bénéficier des bontés promises par le Seigneur.

Il y a d'abord l'enfant de Dieu qui, par ses manquements, ses infidélités, empêche le Seigneur de répandre sur lui la bénédiction espérée : "Ce sont vos péchés qui vous privent de ces biens" (Jérémie 5: 25).

Ensuite, il y a le païen qui, en endurcissant son coeur, passe à côté des projets que Dieu avait formulés pour lui.
Projets qui ne peuvent s'accomplir qu'à la condition de passer des ténèbres à la lumière, c'est-à-dire d'accepter Jésus comme Sauveur ET Seigneur ; un Seigneur qui a l'autorité pleine et entière sur la vie de celui qui veut se confier en lui. "Il n'y a point de paix pour les méchants, dit mon Dieu" (Esaïe 57: 21).
Alors, plutôt que de chercher à faire des promesses que nous ne pourrons pas tenir, plutôt que de reprendre les bonnes résolutions qui avaient été prises au début de l'année passée et qui ont été remisées dans un débarras, ayons le courage de nous sonder nous-mêmes afin de démarrer l'an nouveau sur un bon pied.

Nous venons de terminer l'année 2010, toutes les feuilles de notre calendrier (biblique) sont tombées.
À quoi ces feuilles ont-elles servi ?
Leur message est-il devenu un terreau qui nous a permis de grandir, de nous fortifier dans la foi ?
Toutes les prédications entendues ont-elles contribué à nous rapprocher de Dieu ?
Nous ont-elles incités à marcher dans la sanctification, à nous préparer pour être prêts quand Jésus reviendra chercher son Église ?
En résumé : Qu'avons-nous mis en pratique de ce que nous avons entendu de la Parole de Dieu ?

Regardons la route que nous avons faite durant ces derniers 365 jours en nous examinant à la lumière des saintes Écritures et non aux feux follets de notre raisonnement !

Un raisonnement trompeur qui a l'odeur de la mort chaque fois qu'il contredit la Parole de Dieu, chaque fois qu'il nous fournit une excuse pour ne pas mettre cette Parole de Dieu en pratique !
Un genre de raisonnement qui révèle que la vraie vie, celle de Dieu, s'est plus ou moins éteinte.

S'il n'y a plus la vie...
- C'est que la mort spirituelle a commencé son oeuvre de destruction ;
- C'est que le prince des ténèbres, Satan, a réussi à convaincre sa victime consentante pour qu'elle minimise la portée de la Parole de Dieu.

Mettez en pratique la parole, et ne vous bornez pas à l'écouter, en vous trompant vous-mêmes par de faux raisonnements. Jacques 1: 22

Une exhortation à ne pas négliger - même en 2011 - si nous avons toujours envie d'entrer dans le Royaume des Cieux. Les vierges folles tambourinaient à la porte de la salle des noces ; écoutez leurs cris : "Seigneur, Seigneur, ouvre-nous !" (Matthieu 25: 11)

Les entendez-vous ?
Prêtez bien l'oreille et priez pour que vous ne soyez jamais à leur place !
Les entendez-vous ? : "Seigneur, Seigneur, ouvre-nous !"

Si vous comprenez leur désarroi..., si vous craignez d'être à leur place, avez-vous prêté attention à ce que Jésus disait quelque temps avant ce récit.
Écoutez-le et, en même temps,  ne perdez pas de vue ces cinq vierges folles qui frappent à la porte :

Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n'entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais
celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Matthieu 7: 21 - ("Seigneur, Seigneur, ouvre-nous !" - Matthieu 25: 11)

(Alors...) Pourquoi m'appelez-vous Seigneur, Seigneur ! et ne faites-vous pas ce que je dis ? Luc 6: 46

Quant à la lumière des feux follets - notre raisonnement - remplaçant la lumière de la Parole de Dieu qui devrait être une "lumière sur notre sentier", elle n'est que le signe extérieur indiquant l'endroit où la mort a déjà fait son oeuvre.
(feu follet = petite flamme éphémère due à la combustion spontanée de gaz provenant de la décomposition d'une matière organique, d'un corps mort.)

Je tiens à vous le répéter : Du fond de mon coeur, je vous souhaite une année bénie !
Je le fais tout en étant conscient que les vierges folles, installées dans l'Église de Jésus-Christ, ne goûteront pas cette bénédiction si elles restent dans l'état où elles étaient en 2010.

Soyons réalistes ! Le peu d'intérêt que les vierges folles ont eu pour les choses de Dieu l'année dernière ; leur manque de désir de s'instruire, tout cela..., ajouté au contenu de leur coeur qui s'échappe par leur bouche, un contenu où l'odeur du monde domine, tout cela ne fera-t-il pas barrage pour qu'une année soit bénie comme nous le demandons aujourd'hui ?

Afin que nous comprenions bien que la marche avec le Seigneur n'est pas une ballade de santé durant laquelle on peut faire n'importe quoi parce qu'il y a la promesse d'entrer dans le Royaume de Dieu, je soumets à votre méditation ce texte qui date de 1840.
J'espère qu'il nous fera tous prendre conscience que si nous n'avons pas tout donné à Christ, nous ne lui avons rien donné ou, pour reprendre la maxime d'Hudson Taylor :

Si Dieu n’est pas le Seigneur DE TOUT
Il n’est pas le Seigneur DU TOUT !

Il n'est pas possible qu'un fidèle s'arrête dans sa course, satisfait du point où il est parvenu.

La grande preuve qu'une âme est régénérée (c'est-à-dire qu'elle a donné sa vie à Jésus-Christ, qu'elle est passée des ténèbres à la lumière) :

- C'est qu'elle combatte vigoureusement contre tous les péchés, au dedans comme au dehors ;
- C'est qu'elle désire ardemment de « grandir dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ » (2 Pierre 3, 18) ;
- C'est qu'elle ait « faim et soif de la justice » (Matthieu 5, 6 ) ;
- C'est qu'elle brûle de se dépenser pour la gloire de Dieu, et d'abonder de plus en plus en toute bonne oeuvre.

Lorsque ces dispositions ne sont pas dans le coeur, la foi n'y est pas non plus ;

Là où la foi n'est pas, Christ n'y est pas ;
Et là où Christ n'est pas, Satan y est assurément.

(D'après "les choses profondes de Dieu ou le lait et la viande pour les enfants, les jeunes gens et les pères en Christ" - Richard Hill Bart - 1840)

Ces paroles sont peut-être sévères, mais elles montrent que de tout temps il y a eu des personnes légères quant à la foi, des personnes qui se sont fait leur propre religion évangélique en ne mettant en pratique que ce qui leur convenait dans la Parole de Dieu, se faisant ainsi juges des saintes Écritures.

Il est évident que si c'est le Seigneur Jésus qui habite dans nos coeurs, nous serons conduits par le Saint-Esprit.

Si Jésus habite dans mon coeur, il sera forcément attiré par ce qu'il aime, et j'irai dans la même direction que lui !

Si Jésus vit en moi, il sera attiré par la Parole de Dieu, et moi, temple du Saint-Esprit, je le suivrai dans SA Parole.

Si donc je ne suis pas ou plus attiré par les choses de Dieu, je devrais en conclure que Jésus n'habite pas en moi ou pire... qu'il n'habite plus en moi !

Alors que nous vivons les temps de la fin, Jésus se tient à la porte de certains coeurs des membres de l'Église de Laodicée d'aujourd'hui, de ces membres qui, un jour, ont fait une démarche pour suivre Jésus et qui, le temps passant, ont rejeté le Seigneur et SA parole. Jésus se tient à la porte et il frappe, il frappe, il frappe !
Ouvrez-lui si SA Parole vous interpelle, ne résistez pas à son appel !
Ouvrez-lui avant que le jour vienne où les rôles seront inversés ! Ce jour où c'est vous qui frapperez pour entrer.

Vous frapperez et vous ne pourrez pas entrer parce que vous aurez refusé d'ouvrir la porte de votre coeur quand le Royaume de Dieu voulait entrer chez vous, quand Jésus vous demandait de devenir le Seigneur de votre vie pour vous conduire dans de verts pâturages.

Moi (Jésus), je reprends et je châtie tous ceux que j'aime. Aie donc du zèle, et repens-toi.
Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi.
Apocalypse 3: 19-20

Qui donc habite dans le coeur de ces personnes-là ? Dans ces coeurs où la foi véritable ne se trouve plus ?
Si Christ n'est plus le Maître, qui l'a remplacé dans le coeur des vierges folles pour qu'il leur dise "Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas" (Matthieu 25: 12) ?

Cette nouvelle année devrait nous rendre tristes lorsque nous regardons les vierges folles qui ne réagissent plus aux appels du Seigneur les invitant à changer de vie pour vivre une année bénie.
Elle devrait nous rendre triste et nous inciter à la prudence car, dans le fond... :

Qu'est-ce qu'une nouvelle année ?
Qu'est-ce, sinon un nouveau jour qui a succédé à celui qui vient de passer de la même façon que le 30 décembre a succédé au 29 et ainsi de suite en remontant le temps.

Pourquoi le 1er janvier serait-il différent du 31 décembre ?
Qu'a-t-il d'extraordinaire ?
Ne sera-t-il pas la continuité de votre vie ?
Une vie consacrée à Dieu ou une vie d'infidélité (spirituelle), ou une vie sans Dieu ?

Aucun coup de baguette magique ne vous a transformé en un clin d'oeil ! Vous êtes encore ce que vous avez été il y a quelques heures en arrière lorsque nous étions encore en 2010 à moins que... !

À moins que Dieu ait accompli un miracle dans votre vie suite à votre choix de l'aimer de tout votre coeur, de toute votre âme, de toute votre force, de toute votre pensée (Deutéronome 6: 5 ; Luc 10: 27-28).

Changer d'année, ce n'est pas changer de vie !

Il faut d'abord changer de vie pour que les années à venir ne ressemblent plus aux années "que la sauterelle a dévorées" ! (Joël 2: 25).
Il faut changer de vie pendant que Dieu use encore de patience envers ses bien-aimés afin qu'aucun ne périsse (2 Pierre 3: 9).

Changer d'année, ce n'est pas changer de vie !

Pourquoi le 1er janvier serait-il différent du 31 décembre ?
Ne sera-t-il pas la continuité de notre vie, une continuité qui pourrait être dommageable si nous ne nous ressaisissons pas ? Une continuité que la Parole de Dieu dépeint très clairement :

Que celui qui est injuste soit encore injuste,
- que celui qui est souillé se souille encore,
- et
que le juste pratique encore la justice,
- et que
celui qui est saint se sanctifie encore.
Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon ce qu'est son oeuvre.
Apocalypse 22: 11-12

Essayez de relire ces paroles, venant de la bouche du Seigneur Jésus glorifié en disant :

Que celui qui était injuste en 2010 soit encore injuste en 2011, etc....

Plaise à Dieu que nous repartions tous d'un bon pied dans ce voyage qui nous conduit vers l'autre bord. Que nous sachions nous exhorter, nous encourager afin de passer ENSEMBLE les moments difficiles en priant les uns pour les autres, en priant les uns avec les autres.

La grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée.
Elle nous enseigne à renoncer à l'impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété, en attendant la bienheureuse espérance, et la manifestation de la gloire du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ.
Jésus-Christ qui s'est donné lui-même pour nous, afin de nous racheter de toute iniquité, et de se faire un peuple qui lui appartienne, purifié par lui et zélé pour les bonnes oeuvres.
Tite 2. 11-14

Changer d'année, ce n'est pas changer de vie !

Si Dieu n’est pas le Seigneur DE TOUT
Il n’est pas le Seigneur DU TOUT !

Et s'il n'est pas celui qui a autorité dans notre vie, le monde entier pourrait nous souhaiter une année bénie, qu'elle ne le sera jamais en raison de notre insoumission, de notre désobéissance.

Ainsi, je ne vous souhaite pas "une bonne et heureuse année", mais je prie pour que 2011 soit une année bénie pour vous. VOUS SAVEZ MAINTENANT COMMENT FAIRE POUR QU'ELLE LE DEVIENNE, vous connaissez la part que vous avez à faire !
Faites-là..., et Dieu fera la sienne : il vous bénira !

Je prie aussi pour que nous restions fidèles au Seigneur et que le Saint-Esprit nous dirige afin que nous fassions les bons choix en répondant toujours PRÉSENT lorsque le Seigneur nous appellera.

MARANATHA !
Le Seigneur vient !
(1 Corinthiens 16: 22)






C'est la bénédiction de l'Éternel qui enrichit, Et il ne la fait suivre d'aucun chagrin.
Proverbes 10: 22


< * Les textes bibliques, sans indication particulière, sont tirés de la Bible Segond

J-M Ravé pour le 1er janvier 2011 - CP 474 - 2300 Chaux-de-Fonds - Suisse

Vous pouvez retrouver ce message sur : http://www.regard.eu.org/